Vie ordinaire d’un citadin romano-africain

Repère de lecture : Personne ne pourra nier l’influence des mœurs romaines sur la civilisation numido-maurétanienne, du 1er siècle av. J.-C. jusqu’à la venue subite des Vandales et des Alains au Vème siècle. Pour beaucoup d’Algériens, cette empreinte est mal vécue, encore de nos jours, sous prétexte d’une domination – je me permets un léger pléonasme – autoritaire, voire tyrannique, imposée à leurs ancêtres d’autrefois. Ce ne fut pourtant pas totalement le cas, les influences des uns sur les autres tournaient, en fait, comme un maelström depuis des lustres au sein du vieux monde, avec ou sans guerres : influences protohistoriques sud-orientales, égyptiennes, phénico-hébraïques (qui offrent aux grecs l’alphabet dont on se sert toujours, même s’il a subi de profondes modifications), helléniques et carthaginoises, romaines enfin (et j’en passe), jusque-là. Bref, nous devrions plutôt parler d’une culture symbiotique méditerranéenne, bien vivante et jamais figée une bonne fois pour toute, à laquelle il faut adjoindre évidemment un souffle non négligeable nord-africain, mais pas que.

A l’arrivée des Romains, vont effectivement s’imposer de nouvelles normes pénales et juridiques, une architecture et des urbanitas propres à leur monde ; la vie quotidienne des Africains en sera changée, tout au moins dans les villes et les petites bourgades de Numidie dans un premier temps, en Maurétanie ensuite, avec, cependant, plus de difficultés à y faire admettre la nouvelle donne méditerranéenne (voir articles précédents). Le pays va s’enrichir, de manière exponentielle ; une élite peu nombreuse en sortira qui possèdera l’ensemble du patrimoine dont elle devra entièrement supporter la charge (évergétisme qui n’est pas typique aux Romains). La multitude est pauvre mais elle possède, en dehors des périodes de travail, d’un temps à consacrer aux loisirs et à l’appréciation des bonnes choses qui restent à sa portée. Le Romano-africain, qu’il soit riche ou pauvre, sera tantôt un épicurien stoïque, sinon un stoïcien hédoniste. Il ne perdra jamais la mesure des plaisirs terrestres. Son goût pour les arts et la littérature en particulier est un fait remarquable, le romano-africain dépassant presque le maître impérial à bien des égards dans ces domaines. Dans les villes et les colonies, la maison des Romano-africains, bien que bâtie sur un mode gréco-romain, ne possède pas d’atrium ou très rarement. Pas de cuisines à proprement parler non plus. Une autre spécificité de l’Afrique romanisée se trouve dans les différents styles élaborés par les artistes mosaïstes des deux régions : Césaréenne et Numidie.  Mais l’élément le plus marquant, sans aucun doute, est la quantité de grands hommes qu’aura su produire cette nouvelle société, romanisée dans un premier temps, «christianisante» par chevauchement ensuite.

 

L’habitat urbain romano-africain

L’espace privé des Romano-Africains est toujours bien séparé de l’environnement urbain et public, ne serait-ce que grâce à l’usage de simples tentures. On pense que les maisons citadines des villes romanisées étaient nombreuses et de petite taille au début de l’ère romano-africaine ; par rachats successifs, leur nombre a diminué cependant que la taille du bâti s’accroissait pour certains. A la fin de la période romaine d’Afrique, l’ordre architectural aura beaucoup perdu lorsque les maisons auront franchement empiété sur les rues de la ville, empêchant très souvent leur accès, notamment sur la périphérie des bourgs. La trace d’un escalier retrouvé parmi les ruines semble indiquer l’existence passée de maisons à plusieurs étages mais il est difficile de statuer sur ce point tant le paysage urbain algéro-tunisien est ruiné. Ainsi peut-on rencontrer, au sol, les empreintes de très grandes et surprenantes habitations. L’architecture générale de ces lieux de vie a conservé des Puniques la disposition des salles et la cour à péristyle, fontaines et bassins ; elle a emprunté à Rome divers éléments : l’oecus (salle de réception à colonnes pouvant se substituer ou s’ajouter à l’atrium classique, ce dernier étant plus rare au Maghreb) ; le triclinium (petite salle à manger disposant de trois lits et d’une table, souvent munie de baies vitrées) ; les thermes dont la présence (ou la taille) varie en fonction de la richesse du propriétaire ; enfin, les décors en mosaïque (non systématiques mais fort fréquents, surtout dans la période tardive) que les artistes locaux personnaliseront en ajoutant une touche des plus originales, signe marquant de l’âme berbère que l’on retrouve aussi dans le domaine littéraire, entre autres. L’art statuaire ne bénéficiera pas autant de ce particularisme nord-africain, le style restant gréco-romain jusqu’au bout, de nombreuses statues semblant de facture étrangère, donc importées.

Telles ruines, l’architecture et tout son corollaire, nous enseignent que l’art de vivre développé dans l’Afrique romaine (du IIème au Vème siècle), malgré un grand particularisme régional, reflète avant tout le grand courant qui traversa l’Antiquité, de l’Orient à l’Occident et du Midi  au Septentrion. Cependant et d’une part, les demeures les plus modestes, c’est à dire construites avec moins de moyens, donc avec des matériaux de moins bonne qualité, ne laissent quasiment aucune traces pouvant indiquer les mœurs des plus humbles ; d’autre part, on ne peut suivre l’évolution du bâti domestique dans le temps, les nouvelles maisons couvrant entièrement les ruines des précédentes, leurs matériaux ayant été le plus souvent repris. De ces vagues ruines, il ne nous reste donc plus que les villæ urbanæ ou maisons de maîtres de l’époque tardive, de plus ou moins grande taille : de 400 m² (Timgad) à 7000 m² («maison de Bacchus» à Djemila, photo ci-dessous).

Entre ces deux grandeurs, on peut citer (à Cuicul/Djemila) :

◊ la «maison de Castorius», avec ses 1500 m² – voir le premier plan en haut ;

◊ la «maison d’Europe» avec ses 1250 m² ;

◊ la «maison de l’Âne» (ou de l’Asinus), 900 m² ;

A Timgad, on constatera bien moins de faste, mais le style mosaïque que les artistes locaux auront su développer en fait une ville très typique. On citera pour le visiteur la «maison de Corfidius Crementius», la «maison aux jardinières» (photo ci-dessous), la «maison de la piscine», la «maison de Plotius Sertius» (2600 m²)…

A Cherchell, on n’omettra pas de visiter la «maison de la propriété de Kaïd Youssef» (2300 m²), pas plus qu’à Tipasa il ne faudrait manquer la «villa aux fresques» (photo ci-dessous).

Art en général, mosaïques en particulier

Les mosaïques de tesselles, qu’elles soient murales ou de pavement, ont possiblement été inventées en Sicile vers le IIIème siècle av. J. -C.. Ce sont les Romains qui, après avoir adopté et personnalisé cet art, vont l’exporter à partir de la fin du 1er siècle dans toute la Méditerranée. En Afrique du Nord où la mosaïque existait déjà (un « noir et blanc » à Cirta/Constantine) depuis le 1er siècle avant notre ère, les scènes qu’elles représentent très souvent – certaines ne disposent que de motifs géométriques – nous renseignent mieux que les ruines elles-mêmes sur les aspirations, les manières et les modes de vie en cette fin d’Antiquité. Car, comme le dit Serge Lancel : “C’est en pénétrant dans ces maisons que l’on se fera une idée de l’art de vivre de ces bourgeoisies romano-africaines, et plus encore de leur art de paraître.” En matière d’arts quels qu’ils soient, les Nord-Africains ont toujours su préserver la sensibilité de l’âme berbère.

Les lampes à huiles, qui symbolisaient “l’aspiration à la félicité de l’au-delà” (Gilbert Meynier),  et la céramique plus globalement, sont produites à Tiddis encore de nos jours. Rome n’a donc pas du tout effacé le substrat autochtone millénaire, ; certes, il y eut des emprunts considérables faits aux “dominateurs” dans le domaine culturel mais, toujours intégrés et assimilés de telle façon qu’en conservant son propre particularisme la création artistique locale restait originale.

Les statues posent le problème de leur origine. Sans doute d’abord importées après qu’elles eussent été fabriquées en Grèce ou ailleurs, elles furent ensuite, tout en se romanisant, plutôt élaborées sur place, avec très souvent des matériaux d’exportation. Il faut se souvenir de l’amour que portait déjà Juba II, à la charnière des deux millénaires, à l’art statuaire grec et à la sculpture plus généralement. Les grands inspirateurs grecs du Vème siècle av. J. -C. était alors Phidias, Polyclète et Alcamène ; puis vinrent les traits de plus en plus latins mais encore caractéristiques du lieu de création. On observe toutefois une absence flagrante de réalisme en ce qui concerne les sculptures à caractère funéraire (stèles, statues, bas-reliefs…) où seul y joue le côté symbolique de l’art.

Si les mosaïques d’Afrique du Nord sont plus nombreuses que partout ailleurs dans l’Empire romain, elles n’en demeuraient pas moins l’apanage des plus riches. Les bourgeois les plus humbles devaient énormément se priver pour pouvoir exhiber une œuvre qui restait somme toute élémentaire. Avant que cet art onéreux ne devienne totalement le dada des riches, les artistes et créateurs romano-africains devaient se déplacer de lieu en lieu ; ce n’est que plus tard qu’ont dû apparaître les premiers ateliers fixes.  Pris complètement en charge soit par le conseil municipal de la ville, soit par d’aisés évergètes, ces ateliers vont développer des styles très différents les uns des autres : art floral de Timgad, scènes agricoles de Cherchell, scènes de chasse rejouées (venatio) de Djemila, mythologie gréco-romaine un peu partout, culture classique (Vénus marine, nymphes, néréides, monstres marins…), philosophie de l’existence à Tipasa (maximes, dictons, proverbes…)  :

 

Thamugadi / Timgad : un style fleuri et exubérant

 

Lambæsis / Lambèse : un goût prononcé pour la culture classique

 

Cæsarea / Cherchell : entre Nature et Culture

 

Sitifis / Sétif : une préférence pour Dionysos

 

Cuicul / Djemila : venatio divertissante

 

Tipasa : sagesse, stoïcisme et épicurisme

 

Cirta / Constantine : des couleurs délicates

Jusqu’à l’arrivée des Vandales, les thèmes les plus usités resteront, malgré l’installation précoce et durable du christianisme, d’inspiration mythologique païenne. Le Pater liber, Bacchus (Dionysos), sera sans doute, parmi les dévots qu’ils soient pauvres ou riches, le plus loué de tous les dieux, Vénus l’emportant sur l’ensemble des déesses. Christianisme et romanisation, contrairement à Mahfoud Kaddache qui lie la nouvelle religion à l’occupation romaine, se manifestent de façon antinomique et parallèle, par une complémentarité des opposés, pratiquement indépendamment. Le mouvement chrétien d’Afrique du Nord est, par ailleurs, un des plus prolixes de l’Empire. Les Romains ont d’ailleurs essayé de contrer les chrétiens en tentant d’imposer en Afrique du Nord le culte « monothéiste » voué à l’Empereur-Dieu, vainement ; par ailleurs, les chrétiens, bien que très prosélytes, ne se sont pas de suite fait iconoclastes, l’intolérance ne s’est développée qu’une fois leur religion reconnue et adoptée par Constantin, donc pas avant le VIème siècle.

 

Grands hommes romano-africains

Mis à part les résistances qui se sont longuement opposées à l’emprise romaine en Maurétanie et qui pourraient nous laisser croire à une franche sectorisation géographique, il ne faut pas dissocier, en termes d’aspiration à la modernité romaine, la région libyenne de Cyrénaïque, l’actuelle Tunisie et l’Est algérien. Une certaine unité culturelle et religieuse existait qui m’oblige à faire une sorte d’inventaire des grands hommes produits par cette terre africaine, sans faire de distinction quant à leurs origines régionales ou ethniques. Alors que les activités de divertissement concernaient la chasse (qu’on rejouait dans les théâtres sous forme de venatio), le temps passé aux thermes ou les divers spectacles proposés (comédies, tragédies, courses de chars, jeux du cirque…), tout Romano-Africain montrait une affection certaine à tout ce qui touchait de près ou de loin à la littérature : du riche au pauvre, on est poète, au sens étymologique du terme (poíêsis ou « action de faire, création »). Outre que l’amour des belles lettres, décelable en tout un chacun, a pu conduire au développement d’une forme de littérature riche et originale, on assista également à l’apparition de grands orateurs, rhéteurs, avocats, théologiens et philosophes.

Plus de 50000 inscriptions ont été mises à jour en Afrique du Nord qui montrent une prégnance plus forte de la Culture que partout ailleurs dans l’Empire romain. L’Africain, aux nuances près quand il s’agit d’élite ou d’humbles sujets (la plupart de ces derniers ne parle que le berbéro-punique), est féru de langue latine, relativement érudit, attentif aux règles de grammaire ; instruit correctement, il lit les papyrus et peut produire lui-même ses propres manuscrits. Être lettré à cette époque en Afrique du Nord conférait un grand prestige, l’école était alors l’ascenseur social de tout citadin. Les villes disposaient de bibliothèques plus ou moins fournies, financées entièrement par de riches notables (Rogatianus a versé 400000 serterces pour celle de Timgad au début du IIIème siècle et ce n’est qu’une ville moyenne). Mais cet attirance pour le monde des lettres touchait sans doute aussi les classes sociales défavorisées, si tant est qu’elles aient eu accès à l’école latine.

L’historien Pierre Monceaux définit à sa manière la particularité du genre littéraire mis au point par les Nord-Africains sous l’influence romaine : «D’abord la richesse d’imagination, une sensibilité très vive mais un peu maladive, l’intelligence sur-aigüe des grands spectacles de la Nature. Puis un tour d’esprit mystique et souvent avec cela, par un contraste surprenant mais facile à observer déjà dans l’ancienne Carthage, beaucoup de sens pratique, la préoccupatiion de l’utile, l’idée fixe d’enseigner quelque chose, de persuader, de convertir». Le style sera très imagé, la volonté très marquée d’utiliser toute la richesse du vocabulaire latin jusqu’à l’emploi abusif de mots rares ou plongés dans l’oubli, l’archaïsme pseudo-savant étant courant et l’expression littérale souvent compliquée ; le calembour, fort apprécié, fera rire nombre d’Italiens. Pierre Monceaux poursuit : «Enfin, dans le style beaucoup d’éclat, de relief, d’images, mais aussi beaucoup d’exagération, la manie de l’hyperbole et beaucoup de mauvais goût». Mais cela a constitué la période baroque africaine (tumor africanus selon Juvénal), fort goûtée dans l’Empire tout entier durant le principat des Sévères ; on dit que Molière s’en est lui-même inspiré.

Du coup et bien qu’il ait eu un partage inégale de la culture, le petit peuple, qui témoignait d’une admiration plutôt naïve pour les grands auteurs et le répertoire des textes classiques, avait réellement accès à l’instruction, les inscriptions portant des citations connues, voire des compositions plus personnelles, sont là pour l’attester. L’on sait que Virgile fut le poète le plus prisé, que Cicéron avait également la grande faveur du public, que les poèmes étaient appris par-cœur et récités dans n’importe quelles circonstances, que les joutes verbales étaient un passe-temps privilégié ; on rencontre énormément de bouts rimés, d’épitaphes belles parfois, de goût douteux le plus souvent. Ces parodies bien involontaires appartenaient à une culture de masse classique qui ne semblait pas déranger les auteurs contemporains ; au contraire puisque Apulée dit en s’adressant au peuple romano-africain : «Je ne vois parmi vous dans la cité entière que des hommes cultivés et où tous sont versés dans toutes les sciences : enfants pour s’en instruire, jeunes gens pour s’en parer, vieillards pour les enseigner». Il en sortit que de nombreuses écoles donnèrent d’excellents grammairiens, les étudiants de 17-18 ans pouvant suivre leur cursus dans les grandes cités et Carthage étant un centre « universitaire » de grande réputation. Serge Lancel souligne un fait indéniable : «Les Africains ont su mieux que d’autres exprimer les goûts et les sensibilités nouvelles, au point qu’ils ont incarné à eux seuls une longue saison des lettres latines». Par suite et par commodité, je ne distinguerai pas l’intelligensia païenne des grands maîtres chrétiens :

 

 

Quelques Romano-Africains lettrés célèbres

 

Marcus Manilius est né en Afrique du Nord au Ier siècle av. J. -C.. Il est le poète auteur des très célèbres Astronomiques, une sorte de traité d’astrologie versifié.

 

Térence (Publius Terentius Afer) : Né à Carthage vers 190 av. J. -C., l’enfant est d’abord vendu comme esclave. Ayant reçu une excellente éducation, il sera affranchi et fréquentera la haute société romaine. Il reçoit pour nom celui de son maître adoptif, le sénateur romain Terentius Lucanus, et devient célèbre, malgré quelques difficultés – à Rome on lui préfèrera Plaute – pour non conformisme à la tradition théâtrale, en produisant six pièces littéraires : L’Adrienne, L’Eunuque (adaptée par Jean de La Fontaine en 1655), l’Hécyre (sans succès),  L’Héautontimorouménos (le Bourreau de soi-même), le Phormion (18 siècles plus tard, Molière s’en inspira pour écrire les Fourberies de Scapin), les Adelphes (Molière en usera pour produire l’École des maris). Terence meurt peut-être vers 159 avant notre ère, moment où l’on perd sa trace.

 

Lucius Florus (Publius Annius Florus) : Sa vie est mal connue. Contemporain de Suétone,  il serait né vers 70 et mort vers 140. Rhéteur et historien d’importance, il a produit un Abrégé d’Histoire romaine qui couvre la période allant de Romulus à Octave-Auguste. l’empereur Hadrien l’estimait énormément.

 

Suétone (Caius Suetonius Tranquillus) : On sait peu de chose sur cet érudit polygraphe. Il serait né à Hippone vers l’an 70, mort – très vaguement – entre 122 et 130 (possiblement plus tard) et aurait servi comme archiviste impérial. Il est l’auteur des la Vie des douze Césars.

 

Fronton de Cirta (Marcus Cornelius Fronto) : Né vers 100 à Cirta, il a suivi des études en Numidie puis à Carthage. Il fut sénateur très jeune, bon orateur, consul et maître de deux empereurs (Antonin le Pieux et Marc-Aurèle). Compté parmi les meilleurs écrivains de son temps, il écrit un jour à l’impératrice : «Je suis un barbare… Je suis un Libyien et de la religion des Libyiens nomades». Paul Monceaux dit de lui : «Une autre fois, il invoquait solennellement ses dieux indigènes, Hammon et les divinités libyques ; et nous savons par Minucius Felix que son discours contre les chrétiens avaient un grand retentissement au pied de l’Atlas. Dans son caractère, il avaient bien les traits africains : sa manie d’exagération ; l’expansion un peu théâtrale de son affection pour Marc-Aurèle, qu’il déclarait « embrasser même en rêve” ; son habitude de faire sonner haut sa protection, la jactance de ses professions de foi ; sa faconde intarissable quand il parlait de lui, sa rude franchise qui n’épargnait pas même les empereurs. Cette empreinte africaine se retrouve aussi dans la langue : un mélange d’archaïsme, d’hellénisme, de mots populaires, c’était le latin qu’on parlait depuis longtemps en Numidie comme à Carthage». Fronton meurt vers l’an 170.

 

Salvius Julianus (Lucius Octavius Cornelius Publius Salvius Julianus Aemilianus dit Julien) : Né vers 100 en Afrique du Nord ; mort vers 180 victime des purges de Commode. Julien a été tour à tour questeur, préteur, consul, gouverneur de Germanie inférieure puis proconsul d’Afrique.

 

Apulée (Apulée de Madaure) : Né à Madaure vers 125 et mort aux alentours de 170, il peut être considéré comme le plus grand écrivain dans l’Afrique antique. Il commence ses études à Madaure, les poursuit à Carthage et les termine par un voyage en Grèce, à Athènes plus précisément. Il se marie à Œa (Tripoli) en Libye puis s’installe à Carthage où il sera avocat et médecin, philosophe et savant, rhéteur, poète et romancier. De ses œuvres, il nous reste les Métamorphoses (ou l’Âne d’or, sorte de roman imaginatif avant la lettre), le recueil des Florides et de l’Apologie ainsi que quelques traités de philosophie pure ; des livres également sur l’arithmétique, l’astronomie, l’agriculture ; enfin d’autres ouvrages comme Le dieu de Socrate, De Platon et de sa doctrine, le Traité du Monde. Mahfoud Kaddache donnera le dernier mot : «Apulée a personnifié le génie littéraire de son pays natal».

 

Septime Sévère (Lucius Septimius Severus Pertinax) : Né à Leptis Magna (Libye tripolitaine) le 11 avril 146, mort le 4 février 211, il sera empereur de Rome de 193 jusqu’à sa mort. Son fils Carcalla, également empereur à la suite de son père, est né à Lugdunum (Lyon).

 

Tertullien (Quintus Septimus Florens Tertullianus) : Issu d’une famille berbère romanisée, il nait et meurt à Carthage (150-160 à 220). Il se convertit au christianisme alors qu’il est encore jeune (193) et devient rapidement la figure emblématique de la communauté chrétienne de Carthage. Considéré aujourd’hui comme un des Pères latins de l’Église apostolique et romaine, ce grand théologien a laissé à la postérité une œuvre considérable dont tous les livres ne nous sont pas parvenus, hélas. Vers la fin de sa vie (207), il s’est orienté vers le montanisme, plus radical, tournant ainsi le dos à l’Église catholique.

 

Cyprien ( Thascius Caecilius Cyprianus ou Cyprien de Carthage ou saint-Cyprien) : Il nait en Afrique  vers 200 pour finir martyr des persécutions de Valérien en 258. Il a été évêque de Carthage et docteur de l’Église dont on le considère aujourd’hui comme un des Pères latins. Il a produit de nombreux traités ainsi que des lettres portant sur la foi et l’engagement des chrétiens. Retenons pour mémoire son ouvrage magistral De Catholicae Ecclesiae unitate ou De l’unité de l’Église catholique, publié en 251.

 

Lactance (Lactantius Lucius Cælius ou Cæcilius Firmianus) : Il nait vers 250, sans doute à Cirta (Constantine) dont est originaire sa famille.  Il sera enseignant en Afrique d’abord, à Nicomédie (Asie mineure, capitale du royaume de Bithynie) ensuite.  Son œuvre est considérable mais nous ne possédons plus grand-chose à l’heure actuelle, la plupart de ses livres ayant été perdus. On peut toutefois citer ses principaux ouvrages : le Symposium ou Banquet, le Grammaticus (traité de grammaire ou de métrique), mais aussi des traités d’histoire (De mortibus persecutorum ou de la mort des persécuteurs de l’Église), de géographie, de grammaire, de métrique, de philosophie (De divinæ institutiones en sept livres ; l’Épitome ou Abrégé des institutions divines ; De opificio Dei et De ira Dei), des poésies… Lactance, après s’être converti au christianisme, tentera de faire la démonstration de la fausseté du polythéisme, de l’unicité de Dieu, de l’insuffisance de la philosophie classique, de la nécessité d’une religion (prosélytisme monothéiste) et de la vérité du christianisme. Son travail aura consisté à essayer de réconcilier foi et raison. Il meurt à Trèves (Allemagne) vers 323.

 

Optat (Optat de Milev ou saint-Optat) : Né à Milev (ouest de Cirta) vers 320, il fut évêque de cette ville à la fin de sa vie. Il est le plus ancien représentant de la littérature anti-donatiste ; grand polémiste et chroniqueur de cette époque marquée par les différents christianismes, il a été le précepteur et le maître d’Augustin de Thagaste (Saint-Augustin). Ses livres, les Libri Optatii ou livres d’Optat, plus connus sous les noms de De Schismate Donatistarum et Contra Parmenianum Donatistum (sorte de colloque entre un donatiste un catholique), sont dirigés contre les donatistes qui sévissent depuis la fin du IIIème siècle en Afrique du Nord. On lui reprochera d’avoir nié la responsabilité de l’État dans les persécutions anti-schismatiques mais aussi d’avoir vu d’un bon œil la liquidation par les Romains des hérétiques de cette secte. Optat meurt vers 385.

 

Petilianus (Petilianus de Constantine) : Né à Cirta vers 365, il se convertit au donatisme, ce qui en fera un farouche mais digne adversaire d’Augustin de Thagaste qui lui répondait : «Ce n’est pas le génie qui te manque ; mais ta cause est mauvaise». Il fut d’abord un brillant avocat et un grand orateur avant d’être choisi comme évêque de sa ville natale vers 395. Ses œuvres principales sont : le Pamphlet contre l’Église catholique, la Lettre sur l’Église catholique, le Pamphlet contre Augustin, le Traité sur le schisme des maximianistes, le Traité sur le baptême. Il commit également de nombreux discours à la conférence de Carthage, tous très polémiques comme on peut s’en douter.

 

Gaudentius (Gaudentius de Timgad) : Il est né vers 355 à Timgad, place fort du donatisme parmi tant d’autres. Menacé par les édits du tribun Dulcitius auxquels il ne veut se soumettre , cet homme, élu évêque donatiste de sa ville natale en 398, s’enferma dans celle-ci afin de faire acte de résistance. On ne sait que peu de choses sur sa vie si ce n’est qu’il l’a vouée toute entière à sa cause et à ses fidèles. Ses lettres à Dulcitius et à Augustin, “à défaut d’une grand valeur littéraire, ont un intérêt historique certain pour l’étude du donatisme et la connaissance de la vie africaine à Timgad” souligne Mahfoud Kaddache.

 

Macrobe (Flavius Macrobius Ambrosius Theodosius) : Il nait à Sicca (Tunisie) vers 370. Son œuvre la plus connue demeure les Saturnales (Convivia primi diei Saturnaliorum), qui consiste en un banquet philosophique classique ; mais on peut également retenir son Commentaire au Songe de Scipion de Cicéron (Commentarium in Ciceronis Somnium Scipionis) parce qu’il compense en partie la perte de l’ouvrage original du grand orateur romain.

 

Emeritus (Emeritus de Césarée) : Il est né vers 350 à Cæsarea (Cherchell) dont il fut l’évêque dès 385. Vivement combattu par le parti catholique de l’Église, lui-même étant donatiste et grand orateur de ce mouvement, il défendra toujours avec fougue, conviction et passion sa doctrine et sa communauté.  D’ailleurs, il en devint le chef dans l’entière Maurétanie à partir de 394, après le concile de Bagaï (Baghai, proche de Khenchela au sud de Philippeville/Skikda). Il est l’auteur de nombreux discours mais la majeure partie de son œuvre ne nous est pas parvenue ; on ne le connait en fait que par les écrits d’Augustin qui n’a jamais pu le rencontrer alors qu’il aurait toujours souhaité le contredire par la discussion. Par contre, c’est pendant la conférence de Carthage (411) qu’il connaîtra l’humiliation d’un Augustin triomphant et, bien qu’il continua de résister en s’opposant à l’édit d’union votée par l’ensemble des évêques réunis, il ne fit que se taire à la conférence de Cæsarea (Cherchell) qui eut lieu un peu plus tard.

 

Augustin (Aurelius Augustinus ou Augustin de Thagaste ou Augustin d’Hippone ou encore saint-Augustin) : Théologien et philosophe africain, il est l’un des quatre Pères de l’Église officiels reconnus par le Vatican (un des 33 docteurs aussi). Il nait à Thagaste (l’actuel Souk-Ahras) en 354 et meurt en 430 à Hippone (Annaba) après avoir vécu le siège de la ville par les Vandales. Ses études, il les suit à Thagaste, puis à Madaure, les poursuit à Carthage ; il fait ensuite un voyage pour un séjour d’une durée de trois ans en Italie (Rome, Milan et Ostie). Ce n’est qu’à l’âge de 33 ans qu’il reçoit le baptême, c’est dire qu’il fut un être au comportement ordinaire dans sa jeunesse (lire saint Augustin, philosophe). Après une retraite de trois ans effectuée dans sa ville natale, il devient prêtre en 395 et succède à Valerius comme évêque d’Hiponne. Il part évangéliser autant qu’il le peut l’ensemble du territoire nord-africain et tente de convertir, à force de confrontations argumentées, le monde des païens. C’est un maître de la joute verbale et peu osent l’affronter car, à chaque coup, il convainc l’assemblée dans sa majorité ; il devient populaire pour cette raison, bien sûr, mais également parce qu’il écrit aussi bien qu’il discourt. Qui n’a jamais entendu parler, en effet, des Confessions de saint Augustin dont ce n’est pas, loin de là, l’unique ouvrage en, seulement, treize gros tomes ! Il produit également de nombreux traités, des lettres , le De  Doctrina christiana (un vibrant plaidoyer pour la littérature ancienne) et, surtout, autre volume fameux, la Cité de Dieu. La fin de sa vie, il la passe à combattre les dissidents ariens (adeptes de l’arianisme apporté par le Vandales), les disciples de Mani (manichéisme) et les donatistes. Les juifs et les païens ne sont pas en reste. En douze années de luttes théologiques, il réussit à faire triompher le catholicisme, du moins jusqu’au prochain schisme. Hélas, il n’est pas pour rien dans la coercition de l’État et la répression que celui-ci à mené contre les donatistes : il les a franchement légitimées.

 

Autres Romano-Africains célèbres

Publicités

Pagi, Municipes, Castella, Vici, Urbis et Civis

Repères de lecture : La romanisation de l’Afrique du Nord (Maurétanie vraie comprise) commence sous Octave-Auguste, pendant le règne de Juba II et celui de son fils Ptolémée de Maurétanie. Le territoire dont héritera Rome ira de l’actuelle Tunisie (Proconsulaire) jusqu’aux rivages de l’océan Atlantique (Maurétanie vraie). Cependant, d’Est en Ouest, la colonisation se fera de moins en moins fortement, de moins en moins efficacement, de plus en plus difficilement. Si l’on ne compte plus, après le IIIème siècle, le nombre de cités orientales fortement romanisées (Est algérien et Tunisie), il n’en va pas de même avec l’actuel Maroc dont on ne cite que la ville antique la plus connue : Volubilis ; Tanger (Tingis) en est oubliée. De plus, on remarquera que les villes sises à l’Est ne sont pratiquement jamais fortifiées (à l’époque romaine) alors que plus on va vers l’Ouest maghrébin plus les cités le sont. Durant toute l’époque romaine, un «Sud» sauvage et indompté démarquera les Maures et les Numides des Gétules restés autonomes et libres. Il faut également souligner que les Africains n’étaient pas foncièrement hostiles aux Romains, du moment que la circulation dans le pays restait libre et que certaines terres demeuraient propriétés exclusives des autochtones. C’est seulement à partir de Juba II que le pays est considéré comme un tout homogène. Or, comme on l’a vu précédemment, tout sépare l’Est de l’Ouest, de par la géographie, de par l’histoire, par la culture aussi. Juba désirait, à long terme, civiliser son pays en s’appuyant d’abord sur la culture hellénique, sur la romaine ensuite ; c’est pourquoi il attachait tant d’importance au modèle centralisé des Latins et à leurs villes politiquement très efficaces en terme de vie citoyenne. Des tensions naîtront entre les populations favorisées par l’urbanisation, commencée bien avant Rome, et celles qui ne sont pas concernées par le phénomène (soulèvement gétule, révolte de Tacfarinas…).

Une administration complexe :

L’ensemble du Maghreb sera, pour des raisons de simplifications administratives et militaires, divisé en plusieurs parties : d’Est en Ouest, on passera de la Proconsulaire à la Numidie, coupée en deux (Confédération cirtéenne au Nord, Numidie militaire au Sud), puis à la Maurétanie césaréenne, elle aussi séparée en deux (la sitifienne à l’Est, et la césarienne à l’Ouest) ; enfin, plus à l’Ouest encore, la Maurétanie tingitane ou Maroc actuel (dont je ne traite pas dans ce site).

A l’Est, l’Africa proconsularis (Tunisie actuelle + un prolongement en Numidie massyle du Sud), faite de trois types de territoires (les territoires des villes, les territoires des tribus et les grands domaines impériaux), est fort bien gérée par un proconsul (haut-sénateur établi à Carthage), lui-même épaulé par des légats, appartenant au Sénat, qui commandent l’état-major constitué d’officiers et de hauts-fonctionnaires. Parmi ces derniers, le procurateur est chargé des affaires financières et militaires. La plupart des cités lybico-puniques (pour ne pas dire berbères), dites pérégrines car devenues étrangères sur leur propre sol (fait ager publica romana depuis la troisième guerre punique), adoptent le Droit romain et deviennent des municipes. Mais le type d’administration n’est jamais homogène, quelques villes conservent leur liberté, d’autres sont des colonies romaines, et ce n’est qu’à partir de Théodose (fin du IVème siècle) que le droit romain s’appliquera à tous ; les termes changeront, on oubliera  presque colonies et municipes ; le bourg deviendra un vicus (vici au pluriel) ou un castellum (castella au pluriel). Dans le Sud numide et au début du IIème siècle, le territoire soumis à l’administration de Carthage prendra Lambèse (Lambæsis) comme capitale lorsqu’il passera officiellement sous le commandement direct de l’armée -Lambèse était déjà le quartier général de la IIIe légion Auguste- sous Septime Sévère (fin du IIème siècle).

Côté algérien donc, la Numidie est scindée en deux parties qui seront réunies bien plus tard par Constantin. Au Nord, la Confédération cirtéenne dispose d’un statut tout particulier, à ses débuts tout au moins ; ce sera, encore, la Numidie civile du temps de Dioclétien (fin du IIIème siècle).  L’histoire administrative de cette zone -mal délimitée- restait assez compliquée depuis sa formation sous Sittius (Cf. la guerre contre Juba Ier), si bien qu’elle formait encore une république à part entière, constituée de quatre cités fortes (Cirta/Constantine, Rusicade/Skikda, Chullu/Collo et Milev/Mila) et dirigée par un ensemble de trois magistrats (triumviri) cooptés pour une année par les ordines (conseils municipaux des quatre cités maîtresses) ; on penche pour une persistance du système lybico-punique. Le territoire propre qu’elle occupe est morcelé en districts ruraux, les pagi (de pagus), constellés de bourgades plus ou moins développées, les castella (de castellum). La république dispose aussi d’un vaste région militarisée. Au Sud, la Numidie militaire -Aurès, Nementcha et leurs bordures- que l’empereur Constantin rattachera à la cirtéenne -modifiant de fait son statut au début du IVème siècle-, pour ne plus former qu’une seule Numidie. Cirta, déjà capitale Nord-numide, changera de nom en l’honneur de l’empereur, et c’est ainsi que naîtra Constantine. Seule une petite partie de la Numidie des anciens rois demeurera rattachée à la Proconsulaire avec de belles cités comme Madauros (Madaure), Thagaste (Souk-Ahras), Calama (Guelma), Théveste (Tébessa)…

Quant à la grande, si vaste Maurétanie (ex-Masaesylie et Maurétanie occidentale), son éloignement du centre où se prennent les grandes décisions (Carthage, pour ne pas dire Rome) et sa taille trop importante en font un territoire fort difficile à administrer. De plus, les autochtones y sont moins favorables aux Romains qui doivent sans cesse se protéger grâce à l’armée et aux vétérans. La scission entre Césaréenne et Tingitane n’y faisait rien et Rome a bien dû opter pour un nouveau morcelage, pratiqué immédiatement à l’Ouest de Cirta : entre l’Ampsaga (oued El Kebir à l’ouest, quand d’autres cite le Rhumel), le shott al Hodna (au sud) et l’oued Soummam (à l’Est) est crée la toute petite Maurétanie sitifienne. Possédant les meilleures terres à blé, l’impérative conquête de cette région stratégique est inévitable, mais en plus, cela permettra de collecter plus d’impôt grâce à la mise en place d’un meilleur contrôle fiscal. Si ce n’est qu’elle sera bien malheureusement gérée…

Vie citoyenne :

Les ordines conduisent la vie municipale des localités romanisées. En général et par prestige honorifique, les notables acceptent vite le principe de nouvelles règles, de nouveaux us et coutumes à venir. On passera cependant de la citoyenneté municipale à la citoyenneté romaine sur une longue période. Le cœur de la vie culturelle et artistique que représente le conseil municipal permet la promotion et l’ascension sociale de tout un chacun. Cette organisation citoyenne naissante va de paire avec une soudaine urbanisation, aux formes nouvelles, différemment normée. Certaines villes sont totalement créées (Aquæ Caldæ/Hammam Righa, Cartennae/Ténès, Gunugu/Gouraya, et peut-être bien Thamugadi/Timgad et Cuicul/Djemila), donc romanisées dès le départ ; alors que pour d’autres, on préfère agrandir et modifier d’anciennes cités pérégrines qui, progressivement, acquerront la citoyenneté romaine. Mais la plupart des villes antérieures, restées «libres» de l’emprise romaine (dites pérégrines), préfèreront conserver, un temps encore, leur propre organisation, leurs droits et leurs lois originelles. Ce n’est qu’à partir du règne d’Hadrien (vers 120 ap. J.-C.) que ces cités se transformeront en municipes de droit latin. Communes de rang toutefois inférieur à la Cité (de Urbs, urbis). Au tout début du IIIème siècle, l’Edit de Carcalla (en 212) donnera la citoyenneté romaine à tous, sauf aux femmes et aux esclaves… C’est aussi cet empereur qui mettra un terme à la gouvernance faite encore dans certains coins, à la punique, par les suffètes. Quant à Philippe l’Arabe, qui règnera quelques temps au milieu du IIIème siècle, il fera accéder toutes cités importantes restées pérégrines (entendons non admises) au statut de municipe. Ce n’est que tardivement que colonies et municipes, termes devenus désuets, prendront le nom de vici et de castella, toujours rattachés à une municipalité de plus haut rang.

Au IIème siècle, le punique tend à disparaître, le latin le remplaçant dans les inscriptions retrouvées à la fouille. L’appel à la romanité est fort, surtout dans la partie orientale de l’Algérie. Si le Ier siècle était celui de la colonisation faite sous la contrainte de la force, le siècle suivant, qui connaît une grande prospérité économique, fait déjà oublier le précédent. De profondes mutations sociales et culturelles peuvent s’opérer de manière indolore, ainsi durant un bon siècle, jusqu’à ce que les villes africaines et numides soient devenues de vraies communes romaines, presque toutes volontairement. L’endogamie sera pratiquée sans problème, une mixité sociale aura lieu qui favorisera l’émergence d’une nouvelle civilisation : non romaine, non africaine, mais romano-africaine. Rien de comparable avec la colonisation de 1830 par les Français ! Du IIème au Vème siècle, cette romano-africanité, qui se veut plus romaine que les Romains, ira jusqu’à fortement inspirer la littérature latine. De 161 à 235, quatre-vingts dix sénateurs romains sur six cents sont des Nord-Africains. Ils sont également nombreux à accéder au rang de la noblesse bureaucratique romaine, dans les Ordres, équestre et sénatorial. Juvénal disait de l’Africa-Numidie qu’elle était la mère des avocats. En comparaison, la Maurétanie est peu représentée à Rome : seules quatre villes (sur une quarantaine, dont plusieurs villes portuaires importantes) ont fourni des sénateurs (Cæsarea/Cherchell, Cartennæ/Ténès, Gunugu/Guraya et Sitifis/Sétif). Remarquons aussi au passage la présence d’empereurs romains d’origine africaine (Septime Sévère, Carcalla, Alexandre Sévère) de 193 à 235.

Si l’Edit de Carcalla faisait tout pour gommer les différences entre vrais Romains et Berbères romanisés, il n’en est pas moins vrai que des oppositions existaient au sein de la communauté romano-africaine : tout, et ce malgré la prospérité économique, séparaient les honestiores et les humiliores, les riches et les pauvres, donc. Les richesses produites, parce que mal partagées, suffisaient à peine à limiter les mouvements sociaux, les révoltes d’affamés telles celles des circoncellions (travailleurs journaliers ou saisonniers) du IVème siècle. En Maurétanie, de nombreuses communautés pastorales ou tribales demeurent libres vis-à-vis du Droit romain. Certaines d’entre elles versent l’impôt à Rome. Dans tous les cas, au moindre désordre, ces cités pérégrines perdent leur liberté politique au profit d’un préfet administrateur de bas rang romain (præfectus), qui remplace les principes gentis ou chefs tribaux. Plus on va vers l’Ouest, moins on rencontre d’implantations citadines romaines : la Maurétanie sitifienne est de loin la plus dense des trois Maurétanie. Ensuite, en direction du Maroc, on urbanise essentiellement la côte méditerranéenne et la vallée du Chelif ; le reste étant des camps typiquement militaires ayant peu à voir avec la création des villes. Cependant, l’archéologie n’a pas tout dévoilé de cette région occidentale qui reste encore mystérieuse avec ses quatre-vingts six sièges épiscopaux décrits dans la littérature de l’époque mais jamais trouvés jusqu’à ce jour ; ils seraient quelque part dans les montagnes du Tell…

Colonisation, romanisation ?

Que signifiaient ces termes à l’époque de la conquête romaine sur le monde méditerranéen ? Certainement pas ce que nous entendons aujourd’hui avec l’exemple de la colonisation française qui a eu lieu de 1830 à 1962. Certes, la colonisation, qui se fait sous Auguste et quelques uns de ses successeurs, aura pu paraître violente ; on sait les moments de luttes acharnées (entre guerre et révolte) menées par les célèbres chefs tribaux rebelles aux injonctions romaines. Mais cette colonisation forcée ne ressemble en rien à la conquête du sol algérien par les Français : il n’y a pas de rupture coloniale à cause de Rome. Il y a, au contraire et les historiens sont unanimes à ce sujet, continuité historique entre  l’époque ancienne de Massinissa -qui n’a pas perçu Rome comme un pouvoir conquérant- et celle de l’Afrique romaine. Ce n’est pas contre Rome que les hostilités se tournaient systématiquement ; les tribus avaient déjà bien à faire entre elles, et les royaumes maghrébins d’avant la période romaine étaient avant tout des rivaux. Par ailleurs, l’ennemi craint par les Numides se trouvait à Carthage et non à Rome. Rome fut en réalité assez fine stratège pour jouer avec les associations et les divisions plutôt que s’investir dans des guerres dont elle n’avait pas les moyens, pas plus financiers que militaires. Les guerres que se sont menés les Maures et les Numides entre eux les auront assez affaiblis pour que Rome n’ait plus qu’à se servir. Pour ce qui est du jeu des associations, il repose essentiellement sur les ambitions des élites locales à trouver leur place au sein de la nouvelle société en marche, dans la volonté de mieux émerger ensuite. D’abord consacrées, elles devenaient ensuite romaines.

Quand on compare la colonisation française, elle n’est pas suivie d’une francisation à la manière que Rome a pu conduire sa romanisation. Peu ou prou de mariages endogènes avec les Français, fusion rapide de la Rome-Afrique, entre populations indigènes et populations allogènes ; si l’on peut parler de colonies de peuplement -il y en a eu au départ-, le mot coloni, en latin, signifie métayers ou tenanciers agricoles. De même, pas de rivalités d’ordre religieux ou ethnique entre Romains et Africains : tous deviendront, avec plus ou moins grande envie, des Romano-Africains. Pas de Décret type Crémieux ne proposant la nationalité française qu’aux juifs d’Algérie et non aux «Arabes»… Par contre, un Édit de Carcalla rendant tout le monde citoyen de Rome et une sédentarisation sans cantonnement des tribus) progressive qui aura suivi l’évolution propre de la société (ouverture sur le marché méditerranéen, expansion commerciale…). Notons aussi que Rome n’a pas bouleversé -en lui apportant l’urbanisme- un monde incivilisé, il y avait une société nord-africaine fort bien organisée depuis bien des lustres, et qui poursuivait, pour le reste, tranquillement son évolution. Rome s’y est greffée tellement bien que la phase de romanisation n’aura été que le prolongement d’un processus évolutif entamé depuis, au moins, Massinissa. Ce que nous appelons colonisation/romanisation de l’Afrique n’est donc que l’expression d’un nouveau paradigme géopolitique. Gilbert Meynier écrit : «L’Afrique du Nord fut l’artisan de son auto-colonisation, cela dans le sens d’une insertion, laquelle fut souvent désirée, dans le système romain. (…) Le moule de la romanisation› ne fut jamais monolithique, et la diversité culturelle exista toujours». Selon Yvon Thébert, la romanisation fut un phénomène de classe ; pour s’élever socialement, on suivait en quelque sorte -dans les villes plus que dans les campagnes et dans les plaines plus que dans les montagnes- la mode, en adoptant des noms et des prénoms romains, en apprenant rapidement le latin. La romanisation est donc vécue comme un facteur de promotion sociale.

Comment pourrait-on dès lors comparer les deux formes de colonisation quand on se souvient que, dans l’Antiquité, il existait une certaine unité du monde méditerranéen ; avec, cependant, un sacré mélange des genres puisqu’on y relevaient à la fois des influences égyptiennes, punico-phéniciennes, grecques et helléniques, gréco-syriennes, gréco-égyptiennes… Il n’y a donc jamais eu transfert de civilisation comme aura tenté de le faire, en son temps, la France coloniale en Afrique ou en Asie.

Vie économique :

Consciente du potentiel économique de l’Afrique du Nord, Rome répondait aux besoins croissants de sa population en pleine expansion en mettant en valeur des terres lybiques peu, mal ou non cultivées. Un cadastrage minutieux (centuration), commencé avant César en Africa Vetus (129 avant J.-C), s’était poursuivi sous Auguste en Numidie, puis s’était terminé bien plus tard en Maurétanie (la délimitation des territoires des tribus par des bornes représentait un symbole visible de la domination romaine sur ces territoires). L’Africa proconsularis (Tunisie actuelle) fournissait depuis un moment le blé et le vin que ne pouvaient leur apporter en assez grandes quantités la Gaule ou d’autres provinces septentrionales, mais cela ne suffisait pas à faire face à la demande. L’entrée de la Numidie dans le giron latin allait combler en partie et un temps seulement les appétits grandissants du peuple et de l’armée. De fait, la formation de la Maurétanie sitifienne allait permettre de produire davantage ; on y introduisit la vigne que les Maures ne cultivaient pas. Si l’huile d’olive algérienne se vendait bien, mais à bas prix parce que le Romain ne la consommait que pour s’éclairer, il n’en allait pas de même avec le vin qui, lui, était reconnu comme le meilleur du monde méditerranéen. Le vin gaulois déclassé ! Donc, blé en abondance, vin coulant à flots, huile d’olive qui devient malgré tout célèbre, mais aussi production de fruits très recherchés (figues…). On a retrouvé les traces laissées par les vignobles de Tabraca/Tabarka, à la frontière algéro-tunisienne, d’Hippone/Annaba, de Rusicade/Skikda, de Cæsarea/Cherchell, de Tipasa. Notons également que le vin était souvent la monnaie qui servait aux cultivateurs pour s’acquitter de l’impôt romain.

La gestion du sol était drastique mais efficace : on découpait les surfaces en centuriationes, c’est à dire en carrés de 710 mètres de côtés, soit 50 hectares environ ; chaque centuriatio était lui-même divisé en heredia (0,5 ha) puis en jugera (0,25 ha). Cette centuration permettait surtout de faciliter les successions testamentaires mais aussi d’établir et de gérer plus sûrement la fiscalité sur l’ager publica romana. La mise en valeur des terres ne s’est pas faite sans grands travaux (irrigation, aqueducs…) et tous devaient mettre la « main à la poche ». De même, il fallait régler le problème du partage de l’eau : ce sont les ordines (conseils municipaux) avec les coloni (métayers) qui s’en chargeaient. L’organisation des domaines agricoles avait conduit à l’établissement de latifundia (grandes propriétés territoriales) impériales ou privées. Les latifundia d’Empire étaient administrées par un procurator s’occupant des comptes établis par les conducatores (exploitant sous bail renouvelé tous les cinq ans). Ces derniers louaient finalement des parcelles à de petits tenanciers, les coloni. On ne pouvait pas laisser en jachère sa parcelle plus de deux ans, au risque d’en perdre les droits, mais on était exempté d’impôt pendant quelques années (5 à 10 selon la loi en vigueur) – lex Manciana puis lex Hadriana) . On pourrait penser que les coloni, peu fortunés et ne pouvant pas payer leurs travailleurs, exploitaient plutôt des esclaves ; rien n’apporte de preuves concrètes allant en ce sens (même s’il existait des esclaves ruraux) et il semblerait que l’esclavage vrai n’était pas de rigueur (généralisé) en Afrique romaine. Il est préférable de comparer le système romano-africain de production à une forme de féodalisme très inégalitaire. On employait d’une manière générale des ouvriers agricoles saisonniers (indigènes libres fournis par les tribus sédentarisées) qui recevaient salaire de misère, mais salaire tout de même ; ce qui n’empêchait certainement pas les pires traitements et un brutal mépris de la part du patron sur les subalternes…

Du Ier au IVème siècle (le pic de production étant atteint au IIème siècle), le monde agricole africain connaît une grande prospérité économique ; les exportations vers l’Italie deviennent réciproques ; le volume des échanges, croît. Question démographie, tout va bien ; l’Afrique du Nord compte alors 7 à 8 millions d’habitants, ce qui est énorme pour l’époque. On dispose donc d’une main d’œuvre débordante qu’on peut se permettre de sous-payer. Les pagi enflent, les villes aussi : nombreuses sont celles qui présentent plus de dix-milles habitants. Rome est comblée ; les 2/3 de son blé provient d’Afrique du Nord (1/3 d’Égypte) ; la production d’huile d’olive algérienne à exporter dépasse largement celle d’Espagne ; on produit autant de vin que la Gaule, et il est de meilleure facture ; tout comme les céramiques fines surpassent en qualité celles produites dans ce pays ; le marbre de Simithu (Chemtou) devient un objet de luxe. On peut facilement imaginer l’enrichissement de certains et les sommes colossales d’argent frais, générées par les impôts et alimentant les caisses de l’empire. A quoi servent ordinairement ces plus-values financières ? A créer des villes, à les améliorer, puis à les embellir par de l’ornement magnifique mais superfétatoire. On oubliera d’en faire meilleur usage -comme on va le voir- cependant que les inégalités se creusent terriblement entre riches et pauvres. Ce jusqu’au déclin final de Rome et l’arrivée des Vandales qui ont, du reste, tout cassé ! Si le système romain a périclité de la sorte, cela est dû, on le sait maintenant, au traitement économique fait aux ouvriers agricoles. Rome pratiquait délibérément une économie basée sur l’esclavage, façon de faire qui rendait inapte à mobiliser les richesses produites en vue d’investissements productifs et susceptibles de les accroître. A un moment donné, il y a rupture dans l’innovation et blocage des inventions techniques nécessaires au progrès, ce qui entraîne un ralentissement du mouvement de la production industrielle. Les investissements portaient alors essentiellement sur la construction de monuments, et non sur l’amélioration des conditions de vie tous les citoyens. Pour ce qui est de la crise qui sévit dans l’empire romain au cours du IIIème siècle, elle ne paraît pas avoir touchée l’Afrique de plein fouet, bien au contraire.

Ruralité :

On ne compare pas le territoire de la ville et la campagne que celle-ci exploite ; il n’y a aucun antagonisme entre les deux, même si perdurent et prédominent en zones rurales les types de vie traditionnels. En grandissant, les villes sont obligées de conquérir en partie le territoire rural alentour. A l’inverse, s’y regroupent tout autour les producteurs agricoles pour y établir leur marché. Ainsi, les pagi (ensembles de castella) deviennent plus nombreux autour de certains centres, plus denses, ce qui provoque l’explosion de l’urbanisme que l’on sait. Point d’aboutissement des filières commerciales et centre de redistribution, Cæsarea (Cherchell) a très tôt formidablement bénéficié du phénomène et a pu atteindre une surface de 370 ha dont 150 étaient habités. On y exportait les produits classiques cités plus haut mais aussi des esclaves exotiques, des bêtes fauves réservées aux jeux du cirque, la pourpre de Gétulie, l’euphorbe, l’ivoire et du bois précieux (thuya). Tipasa, qui a sans doute tiré parti plus tardivement du boom économique de la capitale maurétanienne, connaîtra aussi son ère de prospérité (60 ha). Portus Magnus (Bethioua), dans l’Ouest algérien, fut également un important ensemble économique et culturel, en tant que centre de distribution pour la Maurétanie centrale, en lien direct avec la Bétique (Espagne du Sud). Dans ces trois exemples, la ruralité a permis l’urbanisation qui, en retour, stimulait la vie agricole.

* Les termes (voir titre) désignant la ville (urbs/urbis) varient : Civita/civis quand il s’agit de l’ensemble des habitants-citoyens ; castellum/castella est une petite ville ; l’oppidum/oppida en est une grande ; le vicus/vici est une bourgade, un village ; enfin, municipe/municipes représente une municipalité (à stabilité politique définitive par opposition au tribalisme en cours). Les colonies, outre leur fonction agricole principale, jouaient de manière importante un rôle militaire, dans la surveillance des côtes, celle des carrefours routiers et celle des régions sensibles (lime côtier). Ainsi, Cartenna (Ténès) se trouvait à un carrefour routier et commercial ouvert sur la vallée du Chelif ; elle protégeait en fait le flanc Ouest de Cæsarea (ancienne colonie devenue très rapidement capitale de la Césaréenne, sous Claude). Les cités indigènes en voie de romanisation et d’urbanisation commençaient à se fédérer (civita fœderata) avant de devenir des municipes, c’est à dire avant d’être totalement romanisées. Ce n’est que lorsque le sol est déclaré officiellement ager publica romana que les colons (cultivateurs romains ou italiens) entrent en jeu pour fonder leurs colonies. Les pagi préparaient, sans s’en rendre compte, le terrain à la romanisation en introduisant peu à peu le mode de vie latin et en ouvrant la route vers l’arrière-pays aux négociants italiens.

Nombre de visites de ce blog

  • 324 270